Pourquoi devient-on chauve ?
La chevelure normale compte environ 100 000 à 150 000 cheveux implantés obliquement dans le cuir chevelu, avec une densité de 150 à 250 cheveux par cm². Chaque cheveu suit son propre rythme croissance/chute encore appelé cycle pilaire. Un cycle pilaire dure 4 ans et est commandé en priorité par l'action des hormones sexuelles mâles, hormones que l'homme fabrique en quantité importante et la femme, en quantités moindres. Dans certains cas, la régulation du système est perturbée et les cheveux se mettent à disparaître plus vite qu'ils ne se renouvellent. Ceci aboutit à la formation de zones de cuir chevelu dans lesquelles la densité des cheveux est moindre. On parle d'un éclaircissement de la zone de chevelure, bientôt suivi par l'apparition de zones complètement dégarnies. Cette chute de cheveux ou calvitie commune porte le nom d'alopécie androgénétique. Ce nom rappelle ces origines, les hormones mâles (andros=homme en grec), et la programmation génétique familiale.

Les femmes sont-elles concernées par l'alopécie ?
Si elle touche en majeure partie les hommes, les femmes peuvent en être également atteintes, et la calvitie androgénétique féminine semble être en augmentation. Certains pointent, sans véritable preuves, un terrain dépressif et spasmophile, alors que la logique impose de rechercher un déséquilibre hormonal, même latent.

La survenue d'une alopécie androgénétique chez la femme impose un bilan clinique et paraclinique complet à la recherche d'un déséquilibre hormonal entre les hormones femelles et les hormones mâles au profit de ces dernières.

Quel est le rôle des hormones dans la vie des cheveux ?
Le contrôle de la croissance pileuse est un mécanisme très fin, auquel participent de nombreux facteurs dont le plus important est le facteur hormonal.

Les hormones sont des substances fabriquées par certaines glandes qui se déversent dans le sang. Elles sont transportées partout dans l'organisme et agissent pour faire fonctionner certains organes ou certains tissus en provoquant certaines réactions vitales. Elles ont des cibles particulières : les récepteurs hormonaux.

Les hormones qui agissent sur la croissance pileuse sont surtout des androgènes, c'est-à-dire des hormones mâles. Parmi les androgènes, la testostérone est l'hormone la plus impliquée dans la régulation de la croissance

Cette hormone est véhiculée par le sang sous une forme inactive et lorsqu'elle arrive par voie sanguine au niveau du follicule pileux, elle est transformée et devient active. La forme active de l'hormone (DHT) provoque les effets suivants : une augmentation de la sécrétion de sébum et une action sur le cycle pileux qui peut provoquer son emballement. Il deviendra de plus en plus court, avec un cheveu qui n'a pas le temps de devenir mature avant de tomber : c'est l'alopécie androgénétique.

Quelles sont les avantages des micros-greffes sur les autres techniques ?
Les autres techniques pour résoudre un problème de calvitie sont : les greffes de gros calibre ou les techniques chirurgicales plus lourdes comme les réductions de tonsure ou les lambeaux de rotation. La réduction de tonsure consiste à enlever de la peau dépourvue de cheveux au niveau de la tonsure, puis à tirer la peau en périphérie pour refermer. Elle est généralement très difficile à supporter et n'est donc que rarement pratiquée.

Par rapport aux greffes capillaires traditionnelles, l'avantage principale des micros-greffes est le résultat esthétique et naturel obtenu grâce à la transplantation de cheveux un par un. Par rapport à la réduction de tonsure, les micros-greffes ont l'avantage de ne pas provoquer de cicatrices inesthétiques et visibles, ne serait-ce que pendant quelques semaines.

Que greffe-t-on exactement ?
Le cheveu pousse à partir de la base, c'est-à-dire du bulbe pileux qui est la partie la plus profonde de la racine. Ce que l'on voit, la tige qui émerge de la peau, n'est pas la partie vivante du cheveu. La partie vivante est le bulbe, et il faut le respecter scrupuleusement, avec son environnement. En effet, si le cheveu se fabrique au niveau du bulbe, c'est qu'il est supporté et nourri par son environnement et surtout par la zone particulière sous-jacente qui s'appelle la papille dermique. Il est donc impératif de greffer le cheveu avec toutes les structures environnante afin de le transplanter dans un univers naturel de parfaite qualité garant de la repousse et de l'efficacité de la transplantation.

Combien de cheveux composent une micro-greffe ?
La grande différence entre les greffes classiques et les micros-greffes est dans le nombre de cheveux réimplantés ensemble par greffon.

Les greffes classiques réimplantaient 5 à 15 cheveux en même temps, d'où une repousse en petites touffes et un effet « cheveux de poupées ». L'aspect esthétique n'était pas parfait et même parfois franchement disgracieux. Depuis, les choses se sont améliorées. Une micro-greffe est un implant de 1, 2, voire 3 cheveux seulement, qui vont être posés dans une fente réalisée avec une aiguille spéciale.

Les cheveux réimplantés poussent-ils comme des cheveux normaux ?
Dans les jours qui suivent la greffe, les cheveux greffés tombent puis, après 3 à 4 mois environ, ils se mettent à pousser, émergent au niveau du cuir chevelu et poussent ensuite exactement comme des cheveux « normaux », à raison de 1/ 2 à 1,5 cm par mois. Il faudra attendre pour qu'une transplantation capillaire soit satisfaisante sur le plan de l'esthétique et du volume encore 6 mois environ, ce qui donnera des cheveux de 2 à 5 cm. La patience est le meilleur moyen de réaliser un bon travail.

Les micros-greffes assurent-elles un résultat parfaitement naturel ?
Donner un résultat complètement naturel est effectivement l'avantage principal des micros-greffes sur les autres formes de traitement. Lorsque l'on utilise cette technique, on réimplante les cheveux par groupe de 1, 2 ou 3, ce qui représente exactement ce que réalise la nature.

Est-ce que cela marche vraiment ?
La greffe de cheveux existe depuis une cinquantaine d'années et a été mise au point par un médecin Américain appelé Orentreich. Les techniques se sont progressivement améliorées pour en arriver à une efficacité démontrée.

Les micros-greffes existent depuis une vingtaine d'année. Il s'agit aujourd'hui du meilleur traitement existant pour traiter la calvitie.

Peut-on greffer toutes les calvities ?
Les micros-greffes capillaires sont indiquées dans de nombreux types de calvities mais elles concernent surtout les alopécies androgénétiques qui sont les plus communes puisqu'elles représentent 90% de l'ensemble des alopécies.

Doit-on arrêter ses activités socioprofessionnelles à la suite d'une intervention ?
En règle générale, le patient retrouve une activité normale après l'intervention.

Est-ce douloureux ?
La technique de prélèvement capillaire à l'unité (FUE) est indolore. Dans le cas d'une extraction par bandelette (FUT), il est possible de ressentir des tiraillements au niveau de la zone donneuse ou de casque au niveau de la zone d'implantation ; mais ceci n'est observé que dans les séances de 1500 à 2500 micros-greffons. Dans les séances de 500 greffons, on ne ressent presque rien, sauf une légère sensation de gêne.

Y-a-t-il des croûtes ?
Les croûtes apparaissent le lendemain de l'intervention et tombent 1 à 2 semaines plus tard. Toutefois, elles n'ont que la superficie des greffons, soit la taille d'une tête d'épingle.

Les micros-greffes causent-elles des démangeaisons ?
Des démangeaisons peuvent survenir au niveau de la cicatrice du prélèvement et au niveau de la zone greffée, mais elles sont supportables dans la grande majorité des cas. Une crème apaisante ou un antihistaminique classique peuvent être prescrits dans le cas inverse.

Faut-il craindre un œdème dans les jours qui suivent ?
C'est exact, un œdème peut apparaitre le troisième jour après l'intervention et disparaître au cinquième. Il est rare. Pratiquement inexistant dans les greffes touchant les zones moyennes ou postérieures du cuir chevelu, et dans tous les cas, totalement indolore et sans aucune gravité.

Faut-il porter un pansement après l'intervention?
Un bandage est quelque fois utile, mais il ne reste en place qu'une heure ou deux après l'intervention ; il est surtout destiné à favoriser la fixation des micros-greffons dans leur nouveau site. Cependant, dans tous les cas, les patients ressortent sans pansement du cabinet médical. Nous leur recommandons le port d'une casquette jusqu'au lendemain matin afin d'éviter que les premières petites croûtes soient trop voyantes. Le lendemain, un shampoing désinfectant simple sera réalisé par le patient. Les conseils nécessaires à ce premier soin seront évidemment délivrés avant et le jour de l'intervention.

Quand pousseront vos premiers cheveux ?
En règle générale, les cheveux repoussent entre 3 à 4 mois après la chute des croûtes. Leur croissance sera ensuite exactement celle d'un cheveu normal, et, selon le type de coiffure adoptée, la première séance chez le coiffeur est à prévoir dans un délai de 3 à 9 mois.

Quelles peuvent être les complications d'une micro-greffe ?
Les complications éventuelles, toujours minimes, ne sont pas liées à la technique des micros-greffes proprement dite ; ce sont les complications pouvant être liées à tout acte chirurgical, même le plus infime.

Combien de séances sont nécessaires pour couvrir une calvitie ?
Cela dépend de l'importance de la calvitie et du nombre de micros-greffons par séance. La première étant suffisamment esthétique, il n'est pas nécessaire d'envisager un nombre important de séances de « camouflage ». Ce dernier était surtout lié aux inconvénients des interventions par méthode ancienne.

Dans le cas d'une chevelure importante, peut-on reconstituer une chevelure normale ?
Dans tous les cas, la transplantation capillaire est une redistribution, une réharmonisation du capital capillaire existant. On ne peut donc reconstituer une chevelure « normale » car il faudrait pour cela fabriquer de nouveaux cheveux. On peut, en revanche, redistribuer les cheveux existants sur une surface plus importante du cuir chevelu, réduisant ainsi le degré de calvitie.

Peut-on greffer toutes les calvities ?
Les micros-greffes capillaires sont indiquées dans de nombreux types de calvitie, mais elles concernent surtout les alopécies androgénétiques qui sont les plus communes puisqu'elles représentent 90% de l'ensemble des alopécies.